Le château conserve de rares exemples de fresques de la Renaissance française qui sont restées méconnues de nombreux siècles. Ces deux ensembles, réalisés à quelques décennies d’intervalle, offrent l’association rare de fresques murales en couleur dans la continuité du style de la fin du Moyen-Âge, et de peintures en grisaille, nouveauté emblématique de l’art du XVIe siècle.

fresques de la salle de chasse - château de Rochechouart
 

La salle des chasses


Le chantier de reconstruction du château de Rochechouart à la fin du XVe siècle et au début du siècle suivant a inclus dans son programme l’embellissement des appartements seigneuriaux.
La fresque des chasses se situe au premier étage du château (étage seigneurial) dans l’aile sur cour et ville. Cette salle était vraisemblablement une sorte d’antichambre, chambre de retrait qui communiquait par un passage avec la chambre personnelle du seigneur, aujourd’hui disparue, dans la tour du lion. Dédiée à la réception cette salle ne possédait aucune cheminée et n’était aménagée que lorsque l’on y recevait des invités. Elle devait par son décor symboliser les goûts, la richesse et le rang du seigneur des lieux.
Décorant l'intégralité de la pièce, richement colorée, la fresque de la Salle des chasses date du tout début du XVIe siècle. Elle relate une journée de chasse au cerf dans les environs du château, précédée d’un banquet royal. Cette salle a bénéficié d'un programme de restauration de 1986 à 1991.

La galerie d’Hercule


Situé à l’étage seigneurial (premier étage) dans le logis sur cour et ville, ce cycle a été réalisé dans la grande salle d’apparat (aula magna).
Cet ensemble, partiellement mis au jour en 1883 mais resté badigeonné, a été redécouvert en 1965 et est encore aujourd’hui un des très rares exemples de ce type de technique ayant survécu en France.
L’usage de la grisaille marque le renouvellement des modes de représentation qui a cours dans la première moitié du XVIe siècle. Des estampes d’origines différentes ont ici servi de modèles iconographiques à différentes scènes. On trouve l’influence nordique dans plusieurs costumes, ainsi qu’une référence à l’artiste germanique Albrecht Dürer et au vénitien Zoan Andrea Valvassore.
Le cycle des travaux et exploits d’Hercule est du goût des plus riches, qui emploient son effigie pour embellir leurs résidences, voire s’identifient à lui et aux vertus chevaleresques qui lui sont assignées (Hercule courtois). Hercule est un symbole du pouvoir puisqu’il est une des images du roi de France. Hercule est présenté comme l’homme vertueux par excellence.


En savoir plus sur les fresques