peuvre de Montaron


7 octobre - 15 décembre 2011

 

Bertrand Lamarche, Laurent Montaron, Deimantas Narkevicius, Thu Van Tran.

C'est au dernier étage du château de Rochechouart, dans un vaste grenier charpenté que se déroule la nouvelle exposition du Musée. Rythmé par quatre murs de cheminée, le lieu regroupe autant de sculptures que l'on ne qualifiera pas de "mémorielles", mais de "pièces de mémoire", en acceptant le caractère subjectif et lacunaire de la mémoire humaine. Un grenier est un lieu souvent associé aux souvenirs, y voisinent des objets remisés plus ou moins volontairement. Ici, chacune des œuvres s'envisage comme une condensation d'histoires. Avec Être hévéa (2010), Thu Van Tran (1979, Ho Chi Min, Vietnam) propose le déplacement de trois plants d'hévéa provenant de plantations de caoutchouc, espèce végétale rappelant l'histoire du Vietnam. Pour White revenge (2008), Deimantas Narkevicius (1964, Utena, Lituanie) a tiré avec un revolver utilisé pendant la guerre civile russe de 1917 dans un bureau dessiné par El Lissitzky dans les années 1920. Le coup de feu est à la fois une trace et un rappel de l'histoire. Composé d'une scène vide et d'un sonographe, l'installation Phoenix (2010) de Laurent Montaron (Verneuil-sur-Avre, 1972) laisse, elle, entendre des voix de l'ailleurs, des enregistrements de personnes parlant "en langue" gravés sur la cire. Ce langage primitif, la glossolalie que certains considèrent comme la langue de Dieu, s'entend ici à travers un médium archaïque. Avec Map (2011), Bertrand Lamarche (Paris, 1966) propose lui l'observation d'une géographie mouvante. A intervalles réguliers, une fumée vient dessiner des massifs et des contours sur un support noir, laissant dans sa disparition la trace d'un territoire fantôme.
Pour poursuivre cette présentation, Bertrand Lamarche a été invité à installer dans la tour du château une œuvre de 2008 composée une platine vinyle et d'une enceinte mises en tension par un fil les reliant. A la nature circulaire de l'espace, l'artiste a décidé de répondre avec un travail à la fois sonore et spatial, envisageant l'architecture comme une caisse de résonance optique et phonétique.


Avec les œuvres de Laurent Montaron, Thu Van Tran, Bertrand Lamarche et Deimantas Narkevicius.

Au premier plan : Laurent Montaron, Phoenix, 2010. Au second plan : Thu Van Tran, Être hévéa, 2010, Coll. Musée d'art contemporain de la Haute-Vienne, château de Rochechouart. Photo : musée