23 juin - 19 septembre 2017


Le Musée présente la première rétrospective de l’artiste Simone Fattal. Du Liban, à la Californie, à Paris, l’exposition retrace plus de 40 ans de travail ou s’entremêlent peinture de paysage, collages, poésie contemporaine et sculptures primitives.

Tour à tour peintre au Liban, éditrice de poésie en Californie et sculptrice aujourd’hui à Paris, la vie de Simone Fattal se présente déjà comme un vaste récit. Elle débute dans les années 70 une carrière de peintre où profondément habitée par les paysages libanais, elle s’attelle à représenter inlassablement, à la limite de l’abstraction, les légères variations de la lumière sur le Mont Sannine de Beyrouth.

Face à la guerre civile qui ravage le Liban, Simone Fattal fuit et s’installe en Californie au début des années 80 puis en France et devient, par hasard, dit-elle, éditrice, en créant et animant depuis 1982 la maison The Post-Apollo Press. Elle se spécialise particulièrement dans l’édition de littérature et poésie expérimentale publiant et traduisant en langue anglaise les travaux d’écrivains européens et arabes.

Simone Fattal n’abandonne pas son activité artistique et se tourne à la même période vers le travail de la terre qu’elle découvre et expérimente à l’Art Institute of California - San Francisco puis auprès du céramiste Hans Spinner installé à Grasse avec lequel elle collabore de nombreuses années. Elle est alors séduite par la capacité de ce matériau à faire émerger des formes simples et hors temps. Ces sculptures frappent par leur caractère premier où s’enchevêtrent profondément l’archéologie, l’histoire de l’art, le politique et le spirituel.

La représentation d’un homme debout reste un des grands motifs récurrents de son œuvre. Celui d’un homme résistant, d’un guerrier qui n’est pas sans écho tangible avec les désordres du Moyen-Orient et qui conserve aujourd’hui toute sa puissance. Simone Fattal prolonge cet enchevêtrement de temporalités dans ses collages ou par assemblage de coupures de journaux et publicités avec ses photographies personnelles, elle fait cohabiter l’art mésopotamien, l’actualité anodine, le fait historique et sa propre histoire.

C’est toutefois par la littérature qu’il faut envisager l’ensemble des travaux de Simone Fattal. Ses œuvres sont marquées par la lecture des grands récits épiques, de l’Épopée de Gilgamesh à l’Odyssée d’Ulysse au récit des origines de la Genèse. Plus que la dimension mythique de ces grands héros, c’est leur portée universelle qui passionne Simone Fattal. Ulysse, Enkidu et Balkis… surgissent au milieu d’un bestiaire fabuleux croisant centaures, taureaux et lions.

Vue d'exposition Simone Fattal, L'homme qui fera pousser un arbre nouveau. Musée d'art contemporain de la Haute-Vienne, château de Rochechouart. Photo : Aurélien Mole.

Interview de Simone Fattal