2005 art brut


8 juillet – 5 novembre 2005

 

Roger Hiorns, Evan Holloway, Jason Meadows, Anselm Reyle, Katja Strunz, Gary Webb.

Prenant pour point de départ le vocabulaire de la sculpture des années 60 (Anthony Caro, Phillip King, Robert Smithson, etc.), ces artistes construisent sous formes d’assemblages des sculptures qui semblent parler plusieurs langages à la fois. Abstrait, construit et formaliste, aléatoire et émotionnel, historique et actuel, la juxtaposition de couleurs, volumes et surfaces produit une polysémie étonnante. Si elles évoquent parfois l’environnement culturel des années 70 ces sculptures ne sont pas narratives, elles ne racontent pas d’histoire.
Peu concernés par le geste ready-made, plutôt non-figuratifs, mais sans pour autant effacer toute trace anthropomorphique, ces artistes travaillent à une échelle domestique, « d’appartement », sans référence à l’architecture ou au paysage.
Jouant souvent avec des motifs décoratifs ou mobiliers, l’usage de la couleur, qu’elle soit appliquée ou intégrée aux matériaux sélectionnés, évoque la peinture.

Cette exposition est la première qui réunit des artistes de Los Angeles, Berlin et Londres travaillant au renouvellement du langage de la sculpture.

Evan Holloway, Map, 2003.Musée d'art contemporain de la Haute-Vienne, château de Rochechouart. Photo : Freddy Le Saux